Pendant très longtemps, tout ce qui était considéré comme la propriété d’une personne était considéré comme de l’argent. Il peut s’agir de toute chose de valeur :

– nourriture ;

– vêtements ;

– bijoux ;

– belles plumes ;
– coquillages ;
– grains de cacao ;
– bâtiments divers.

Les bullions de métaux précieux étaient également considérés comme de l’argent. Le métal était mou, de sorte qu’il pouvait être facilement traité en utilisant les points les plus fins de son traitement. Les bijoutiers fondent les pièces de monnaie selon des dessins spéciaux. Grâce à cela, les pièces avaient un certain poids. Les bijoutiers gardaient leurs pièces dans des pièces spéciales. Très vite, de nombreux habitants de la ville ont appris l’existence de ces locaux. Ils commencèrent à louer des coffres-forts au bijoutier et y entreposèrent leur or, en payant un certain loyer. Ainsi, le bijoutier a commencé à recevoir un autre type de revenu. C’est devenu une autre partie de ses affaires.

golg coin

Après un certain temps, le bijoutier a commencé à remarquer que les locataires de coffres-forts ne prenaient pas toutes leurs pièces en même temps. Cela s’explique par le fait que les déposants ont volontairement signé des reçus pour la durée de la location des coffres-forts. On les appelait des reçus de dette. Ils ont commencé à les utiliser comme de l’argent, comme de l’or, ils ont payé pour les biens achetés. L’utilisation de ces feuilles de papier était beaucoup plus pratique que le transport de grosses pièces de monnaie. Il n’était pas nécessaire de compter, il suffisait de noter le montant de la transaction.

Le joaillier a continué de faire croître son entreprise. Il a commencé à donner des prêts avec son or avec intérêt, mais il n’a pas donné de métal précieux, seulement des reçus de dette. Et, malgré cela, les emprunteurs ont néanmoins commencé à prendre ces recettes au lieu de l’or véritable.

 

La civilisation s’est développée et de plus en plus de gens ont commencé à prendre un tel prêt d’un bijoutier. C’est ainsi que le joaillier se lance dans une nouvelle aventure. Il s’est rendu compte que si un déposant investit son or, il ne le saura même pas s’il récupère celui de quelqu’un d’autre. Comme presque aucun des locataires des coffres-forts n’exigeait la restitution de leur or, le bijoutier commença à accorder un prêt sous caution, utilisant tout l’or qu’il avait à l’époque.

 

For a long time, the jeweler had a good income on such frauds. During this time he became very famous and rich, he even boasted of it. The city was filled with rumors that the jeweler was using the money of depositors. They began to demand the return of their own gold, if the jeweler-usurer did not explain the origin of his considerable wealth

 

Une histoire aussi désagréable a failli ruiner le bijoutier. Mais cette fois aussi, le schéma à deux visages du bijoutier a fonctionné. L’or continuait d’être stocké dans le coffre-fort du bijoutier, les locataires n’ont subi aucune perte et, voyant cela, ils ont commencé à exiger du bijoutier qu’il leur verse une partie de l’argent gagné sur celui-ci, à titre d’intérêts. Le bijoutier a accepté. C’est ainsi que la naissance des banques a eu lieu, et le bijoutier est devenu banquier.

 

Le banquier a commencé à payer peu d’intérêts aux déposants. Mais les prêts ont été accordés à des taux d’intérêt beaucoup plus élevés. Cette différence a plus que couvert toutes les dépenses de la banque et lui a rapporté des revenus considérables.

L’essence de cette stratégie est très simple. C’était une façon rentable d’accorder des prêts à tout le monde.

C’était comme ça avant.

Actuellement, les banques utilisent un système complètement différent.

Après la colonisation d’autres pays par les Européens, la demande de prêts a considérablement augmenté et a continué de croître. Toutefois, la possibilité d’accorder un prêt était limitée par le manque d’or dans les coffres-forts des banquiers.

Notre bijoutier – le banquier a pensé qu’il reçoit un petit revenu sur le pourcentage d’investisseurs. Et une pensée audacieuse lui vint à l’esprit. Profitant du fait que personne d’autre que le banquier ne pouvait savoir combien il y avait d’or dans ses coffres-forts, il a commencé à émettre des certificats de dette pour l’or inexistant à chaque déposant. Après tout, personne ne le saura, car les déposants ne pourront pas venir à la banque en même temps. Le système inventé a été introduit avec succès dans l’entreprise et le bijoutier-banquier a recommencé à s’enrichir fabuleusement, s’intéressant aux pièces d’or qui n’existaient pas du tout.

Le fait que le bijoutier gagne de l’argent avec de l’argent inexistant était une arnaque si audacieuse que personne n’a même pensé qu’on les trompait. Mais le nombre de prêts accordés par le banquier était si important qu’il a suscité des soupçons. Les investisseurs ont de nouveau exigé de l’or naturel au lieu de reçus papier. Certains riches déposants ont commencé à exiger le retour de l’or investi dans la banque, et non des morceaux de papier pour le remplacer. Les autres les rejoignirent et bientôt une foule immense de gens indignés se forma sur la place devant la banque.

Et puis le banquier a été forcé de donner des biens immobiliers à des investisseurs. Il vint un temps où l’or et l’argent étaient tous émis. Mais il lui restait des certificats de dette qui lui avaient été émis, sur lesquels il devait également payer. Le moment de la faillite est arrivé. C’est ce dont le banquier avait le plus peur.

Beaucoup de banquiers ont ensuite fait faillite et beaucoup de gens ont perdu confiance dans le système bancaire. Honnêtement, il était nécessaire d’interdire l’émission d’argent inexistant sur le crédit, mais de tels prêts étaient importants pour les activités commerciales. Par conséquent, la pratique de faire de l’argent à partir de rien a été légalisée en limitant le montant des fonds inexistants émis à crédit. Mais il y en avait beaucoup plus que l’or et l’argent qui gisaient dans les coffres-forts.

Le rapport entre l’argent inexistant et l’or existant était de 9:1, ce qui est clairement contrôlé par l’inspection. Dans des cas extrêmes également, la banque centrale a été obligée de soutenir toutes les banques en injectant de l’or réel. C’est devenu une garantie de soutien au système bancaire. Et ce n’est que lorsque toutes les banques épuiseront simultanément leurs réserves que le système éclatera comme une bulle de savon.

Je peux dire en toute confiance que l’argent est la plus grande pyramide de dettes. Donnez-moi l’occasion d’émettre et de contrôler l’argent dans l’État et je ne me soucie pas de savoir qui écrit ses lois.

Mayer Anselm Rothschild banquier

562 total views, 2 views today

4 réflexions sur “Comment faire de l’argent ou un conte de fées sur un bijoutier”

  1. Very random article. Not poorly written but I can’t think of anything it directly relates to in today’s time. Banks don’t operate in that manner anymore obviously

  2. That’s not how banking works in the real world though. Fractional reserve banking is a myth.

    Banks create a loan. Say $1000. That bank doesn’t need reserves of $100 to make that loan. They don’t check their inventory. They just make sure you can pay it off.

    They create that loan. The interest is in fact a fee they charge you to borrow money from your future self(the principal you pay is the savings that your future self will have needed to save to have that money in say 30 years time). This is why credit isn’t truly money. It nets out over a long period. What’s important is constant creation of credit. If creation of credit drops then yes it can seem like money supply is down. Because the creation of new money has stopped but people are still paying off those previous loans.

    That interest rate is the banks cut. But then they need operating expenditure. You are a constant source of money for the next 30 years but aren’t liquid enough. So just like you borrow money from the bank using the home you buy as collateral. They too can borrow money from say a money market fund using your home loan repayments as collateral (or they could before 2008). They can also borrow from a depositer in their bank, and what the generally like because it’s the cheapest and more secure. They borrow at a rate below the rate you borrowed at hopefully and make money off the difference.

    That leaves them open to liquidity issues. Where there short term funding might run into issues even if their long term funding is fine. That’s where the reserve bank is meant to step in and provide liquidity at a rate that is above the market rate so that they aren’t the first port of call for liquidity.

    I would also say pawn brokers are closer to how banks probably started vs jewellers. Although I guess jewellers probably were pawn brokers at some point.

    Banks are just glorified pawn brokers basically. I give you money and you give me collateral till you pay me back with interest. Oh crap I loaned too much. I’ll borrow off my mate for slightly less then I lent out and I can make a profit still but less of one. As long as my mate is willing to lend to me for less then I loan out at then everything works fine. The mate in this question is either a normal person with a deposit account or a large fund with extra cash. And bank runs are basically those people say sorry I can’t lend to you anymore.

    It’s actually even more complicated because we have rehypothicated collateral chains with multiple banks using the same collateral to borrow money as well as derivatives making it even messier, with interest rate swaps , FX swaps and various others stuff like eurodollars. Current day banking is confusing.

    There is a series of lectures about modern day banking by a guy named Perry mehrling on his website. It’s taken from his lectures on economics of banking and goes into great detail about the system we have now.

    1. You’re right! I care about the too high percentage that we pay. He eats up a lot of the profits of our business.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *